30 juillet 2014

Le jour où j'ai découvert Gulli.


*

C'était un jour pas rigolo, comme tous ces jours pas rigolos qui sont déjà passés et peut-être les jours pas rigolos qui reviendront. C'était un jour devenu gris où j'amenais ma pépito de fille à l'hôpital. Une nouvelle fois. Pas la dernière, certainement.

Mais ce jour-là, on a eu une grande chambre parce que la grande fille, parce que la petite fille d'un mois 1/2, parce que la maman et son besoin de confort. Une grande chambre propre avec un grand lit pour l'intéressée, une table à langer pour la non-intéressée, un grand fauteuil pour la mère angoissée.
Et.
Une télévision qui fonctionne.

13 mai 2014

Les habitants voyageurs.

Juin 2014 :
Cliquez sur l'image pour lire l'article des ASH

Edit 20 mai : L'ouvrage "Les habitants voyageurs" est disponible sur le site d'ESF mais également sur La Fnac, Amazon et toutes les librairies habituelles.

Edit 14 mai : Le livre a sa page Facebook ainsi qu'un site dédié qui contiendra photos, vidéos, citations, articles en lien avec le contenu de l'ouvrage.


"Dans un voyage, on évolue, on change, on se transforme. Et souvent, on rentre et tout est annulé par le retour. Il faut essayer de garder des traces"
Raymond Depardon, Errance, 2004


Chères lectrices, chers lecteurs, j'ai une super nouvelle à vous annoncer comme je le disais il y a quelques jours. A moins que vous suiviez mon espace Facebook, laissez-moi donc vous annoncer en exclusivité la sortie de mon nouvel ouvrage : Les habitants voyageurs. Chroniques de la folie en mouvement. Devrais-je plutôt parler de la sortie de NOTRE nouvel ouvrage puisque nous sommes deux à avoir écrit ce livre : Raphaël Bouloudnine, médecin psychiatre et moi-même.



20 avril 2014

Enfance et découvertes

Une fois n'est pas coutume ; aujourd'hui, je te propose un article sur l'enfant, le merveilleux enfant. Comme je l'ai déjà dit, ce blog s'ouvre peu à peu à des questions de parentalité, dans l'idée aussi que vous êtes, certains d'entre vous, en contact avec des enfants dans vos métiers respectifs, ou lors de stages et que vous semblez plutôt intéressés par ces questions. Ainsi, que ce soit auprès de ses propres enfants, d'enfants en crèche ou en Maison d'Enfants à Caractère Social (MECS), ou en Institut Médico-Educatif, ou que sais-je encore... je pense que ces articles peuvent trouver leur intérêt ici (sinon, hésite pas à me le dire, je suis ouverte à la critique).

J'utiliserai volontairement le féminin ou le masculin pour décrire l'enfant, sois pas étonnée, c'est mon côté "soutien aux minorités"

Comme tu le sais, parce que tu as lu mon article sur les émotions, ou aussi celui sur l'éducation non-violente & co, j'ai une petite fille. De deux ans. Qui s'appelle Pépito, quelque chose comme ça.

19 mars 2014

De l'empowerment dans la naissance.

Je suis enceinte de bientôt sept mois.
Enceinte et un peu obsédée préoccupée par la naissance à venir et tout ce qui m'attend ensuite.
J'ai hésité à publier cet article (parce que bon, si tu es un-e éduc en formation et que tu arrives directement ici, tu risques de croire que tu t'es trompé-e de chemin mais non j'te jure, reste un peu, tu vas voir c'est sympa ici, un vrai blog d'une éducatrice spécialisée).
Finalement, je le publie, donc. Laisse-toi aller, tu vas voir, y'a un rapport avec le schmilblick.


Le rôle du second parent pendant la naissance.
Notre époque est celle de l’égalité, la parité et tous ces jolis termes qui cachent souvent des idéologies ou concepts un peu flous, empêchant toute prise en compte des singularités et amenant par moment des décisions politiques très douteuses. C’est le cas aussi pour le processus de la maternité – d’ailleurs, devrions-nous d’ors et déjà parler de parentalité pour ne pas nous attirer les foudres d'une certaine génération de féministes (moi j'aime bien le parentage et tout hein, molo les meufs).

27 février 2014

Ô les émotions !

La vie, c'est le mouvement. Une image est immobile. Pour ressembler à une image, l'enfant a dû tuer le mouvement en lui.
Isabelle Filliozat
Au coeur des émotions de l'enfant


Ce blog s'est officiellement ouvert à la question de la parentalité positive depuis l'article Parent, ce métier impossible (oui, oui, le numéro 2 est en préparation) alors voilà, moi j'suis comme ça, je vais parfois aborder ici des questions qui concernent principalement les parents ; il me semble toutefois que les outils évoqués peuvent intéresser aussi des éducateurs ou intervenants auprès d'enfants ou de jeunes adolescents. A voir...



Alors aujourd'hui, je te parle des émotions. Ô les émotions.

13 janvier 2014

Dénoncez l'anormal.

"On voyait toutes ces armes dans la ville, ces gants de cuirs, des différents uniformes et je nous regardais tous baisser la tête. Les armes nous faisaient traverser les rues, nous attendaient au détour d'un couloir de métro, nous détournaient des ministères si jamais on venait à trop s'en approcher, circonscrivaient, devant et derrière, les rassemblements, dissuadaient. Il fallait cheminer, apprendre à oublier les armes pour zigzaguer habilement, puis finir par se dire un jour que c'était bien, quand même, qu'elles soient là, les armes, avec tout ce qui pourrait nous arriver, quelle protection, la sécurité des armes."
Lola Lafon, De ça je me console, p. 142

Un dimanche à 6h50, un matin pas vraiment comme un autre, je prends le métro. Évidemment, tout est silence. Évidemment, tout est sommeil. S’éveille la ville phocéenne et sa gouaille pour l’instant chuchotante.

« Votre attention s’il vous plait, soyez vigilant, veuillez signaler tout événement qui vous paraîtrait suspect. Your attention please… ».

25 novembre 2013

Entre les cases

L'autre jour, un jour après pleins d'autres jours pourris des fesses, j'ai ouvert ma boîte aux lettres et j'ai trouvé un courrier de la CAF. D'un premier coup d'oeil, j'y ai vu que j'avais rendez-vous chez moi avec eux. Au début, j'ai cru que c'était en lien avec mon récent arrêt maladie ; c'est vrai que j'avais pas trop respecté les horaires, que j'avais amené ma fille à la crèche par manque de solutions alternatives mais bon, j'avais pas vraiment le choix même si j'aurais préféré respecter les horaires de la CAF toussa.
Mais en fait non, ils s'en foutaient de ça. Et toute façon, on s'en fout, c'est la sécu qui s'occupe des arrêts maladie, t'as rien compris ma pauvre fille.
Ce qu'ils voulaient, c'était contrôler la légitimité de mes prestations sociales. Enfin, c'est ce que j'ai compris quoi. Ca tombait bien, c'était lundi prochain, ça allait être pratique pour aller travailler tiens. Surtout que bon "Cette visite revêt un caractère obligatoire. L'obstacle à contrôle peut entraîner la suspension de vos droits". Alors bon faut pas faire la maligne avec ça, jeune fille.
Et puis en dessus de cette phrase écrite en caractères gras et en lettres capitales, GENRE COMME CA TU VOIS (en général, quand on écrit en capitales sur Internet, ça signifie qu'on crie. Ca bouscule quand même), une liste de documents longue comme mon bras...

Droits : Ufunk