6 juillet 2015

Le processus de création dans l'acte éducatif.

"L'éducatif, par le travail d'autorisation, permet à un sujet d'advenir en tant qu'auteur, à l'origine des choix qui engagent ses actes. C'est par la création que le sujet se fonde dans une posture d'auteur, s'impliquant dans ses actes, à partir de désirs, d'intérêts, d'intentions, de choix de valeurs et de sens, le conduisant à s'engager dans une transformation de l'existant"

poterie extérieur enfants
Note : toutes les photos sont les miennes (si tu vois ce que je veux dire).
Professionnel(le)s, parents, proches, famille, nombreuses sont les personnes qui s'intéressent à l'acte de création chez les enfants, les adolescents, les adultes, les vieux, les malades, les pas malades, les fous (surtout les fous, tu sais ces génies torturés *ironie*)... Je m'intéresserais ici à la création chez les enfants (et éventuellement les adolescents) en posant la question du processus éducatif à l'oeuvre.

Aujourd'hui, "création" rime avec art,
oeuvres, exposition et reflète en fait une certaine idée de ce qui fait (une partie de la) société actuellement : le spectacle.
Dans une ère où tout va vite, où nous pouvons tout voir en cliquant sur une souris, où des photos se chargent en une seconde, où nous sommes ami(e) ou follower de n'importe qui et tout le monde, nous assistons à un phénomène fascinant : celui de la mise en scène publique et décomplexée de soi et de son univers. A travers les réseaux sociaux mais aussi par le biais du consumérisme, une idée sous-jacente demeure : ce qui compte, c'est le résultat et ce qu'on pourra en montrer.

30 juin 2015

L'amour à mort.

Je suis un peu en retard mais mon dernier ouvrage Les habitants voyageurs a fêté ses un an il y a peu.
Je vous offre pour l'occasion un des derniers textes de l'ouvrage, un texte que j'avais écrit vite, très vite, après une journée forte en émotions... comme la nécessité de poser à l'extérieur quelque chose de trop lourd à porter.

Cette photo a été prise à la maison d'arrêt Saint-Anne d'Avignon
lors de l'exposition "La disparition des lucioles"

« J’ai faim d'amour. Et je suis fatiguée » DEPARDON Raymond, Urgences, 1988

« Je lui trouve un mélange de pulsion de vie et de mort ; ça foisonne de tous cotés et en même temps, elle symbolise à quel point le monde va mal, à quel point on est en train de se tirer une balle dans la planète », Hong Kong, 2012

Elle dit que c’est le Seresta® qui la rend anxieuse et le Subutex® qui l’a fait suer sous les aisselles. Sa robe est déchirée, on aperçoit ses seins flétris qui se balancent contre son ventre creux, et sur son dos la trace de coups récents.
Mais elle est à l'heure. Avec une sorte d’attaché-case. Et un sourire sans dents.

28 juin 2015

[POESIE] Etranges étrangers

Aujourd'hui, je suis allée à une fête ardéchoise comme on en fait pleins par ici. Il y avait un conteur, Eric Derrien, qui nous a offert de très belles lectures de Jacques Prévert. J'ai découvert une sublime -difficile - poésie (oui, j'ai encore tant à découvrir n'est-ce pas) et je voudrais la partager avec vous.


Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
hommes des pays loin
cobayes des colonies
Doux petits musiciens

9 juin 2015

CRA Centre de Rétention Administrative.

Image BD CRA Centre de Rétention Administrative

Cet ouvrage-là, devrais-je dire cette BD, je l'attendais depuis un moment. Je harcelais la commandais auprès de la médiathèque de mon village et elle mit du temps à arriver jusqu'à chez moi. Sitôt ouverte, sitôt terminée, je me souviens très bien de cette terrasse ensoleillée qui ne put conjurer la sinistrose la colère l'immense tristesse.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Ca donnerait envie d'abattre cette grille. De dérouler à mains nues les écheveaux de barbelés. D'arracher leurs uniformes à ces soudoyés qui n'ont d'autre force que leur tyrannie. Et pourtant, ce n'est même pas eux les responsables. Ils ne sont que les enfants du monde. Mais qu'ont fait les clandestins au monde pour mériter ça ?"
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

14 mai 2015

L'enfant, de Maria Montessori

Ce livre-là, je le cherchais depuis un moment déjà car il a bonne presse, est assez accessible (contrairement à d'autres, comme L'esprit absorbant de l'enfant que j'ai lu avec difficulté) et se révèle être un assez bon résumé de la philosophie Montessori.
Parce que oui, je n'ai de cesse de le rappeler mais la pédagogie Montessori, avant d'être du matériel très joli et très cher, c'est avant tout un état d'esprit, une philosophie qui allie science et pédagogie au service de l'enfant, en le plaçant au centre de ses apprentissages. Je crois que ce que m'a le plus appris mon cheminement personnel (je suis formée en 3-6 ans et lis régulièrement sur le sujet, alimentant ma réflexion en permanence) réside dans la place prise par l'éducateur ; son rôle, sa nécessaire présence mais son obligatoire silence. Une dichotomie qui en fait n'en est pas une.
Dans cette pédagogie - et je vous invite à penser ce propos de manière plus générale -, l'éducateur a un rôle très important mais très peu interventionniste :
  • Il met en place un environnement (appelé "ambiance") sécurisé, stimulant, répondant aux besoins et à l'esprit absorbant des enfants ;
  • Il entoure l'enfant d'un regard bienveillant ; par un regard authentique, une attention vraie, une absence de jugements positifs ou négatifs ;
  • Il se tait, laissant la place à l'enfant dans toute sa dimension ; physique, psychique, émotionnelle, spirituelle aussi. Sa présence silencieuse se suffit à elle-même.